Dès le milieu du 19e siècle, des visiteurs issus de l’élite politique…

Le tour de la Gaspésie a 90 ans!

Billet de blogue

Cette photo a été prise près de Ruisseau Castor, en Haute-Gaspésie, dans les années 1930, peu de temps après que le tour de la Gaspésie via la route soit devenu praticable. Référence : À partir d’une carte postale / Photo : Hedley V. Henderson

Le tour de la Gaspésie a 90 ans!

Dès le milieu du 19e siècle, des visiteurs issus de l’élite politique et financière se rendent en Gaspésie par train ou par bateau. En 1929, grâce au parachèvement de la route 132 qui la rend accessible en voiture, la péninsule devient une destination populaire. Aujourd’hui, des centaines de milliers de touristes la sillonnent chaque année.

La Gaspésie en bateau, en train… puis en voiture

La région est décrite dans certains livres et carnets de voyage dès le 19e siècle. Des passagers en partance de Montréal et Québec se rendent jusqu’à Gaspé sur des navires de la Gulf Ports Steamship Company. À l’époque, comme seuls des bouts de route sont carrossables le long de péninsule, les visiteurs doivent voyager de village en village en bateau.

Par la suite, l’arrivée du Chemin de fer Intercolonial dans la vallée de la Matapédia amène un flot de voyageurs aux portes de la Gaspésie sur les trains quotidiens en provenance de Montréal et d’Halifax. Prolongé jusqu’à Paspébiac en 1902, puis Gaspé en 1911, le chemin de fer amène un nombre croissant de touristes et d’hôtels dans les villages côtiers. On dénombre 36 hôtels en Gaspésie en 1926, auxquels s’ajoutent autant, sinon plus, de maisons de pension. Des cabines abordables apparaissent aussi le long du littoral.

Les premiers efforts de promotion sont effectués par les hôteliers. D’une centaine de touristes estimée en 1925, on passe à 3500 en 1928, alors que la route reliant Sainte-Anne-des-Monts et la Matapédia est complétée. En 1929, la route ceinturant la péninsule est finalisée et la province de Québec entreprend des initiatives de promotion.

La Gaspésie, qui est l’une des premières régions du Québec à détenir un réseau routier moderne, bénéficie de la popularité grandissante des excursions en voiture ou « roadtrips ». Elle devient même une des grandes destinations routières nord-américaines. Fuyant la ville pendant la belle saison, les visiteurs choisissent la Gaspésie pour sa grande beauté et son air pur. La région se distingue en leur offrant non seulement une destination vacances, mais aussi un circuit côtier en boucle de 885 km aux paysages spectaculaires de mer et de montagnes.

Annuellement, jusqu’en 1945, de 20 000 à 50 000 estivants empruntent la route qui ceinture la Gaspésie. Par la suite, dans les années 1950, de 80 000 à 100 000 visiteurs se rendent en Gaspésie en voiture, en autobus ou avec une roulotte. Près de 50 % de ces touristes viennent de la Nouvelle-Angleterre (six États du Nord-Est des États-Unis) et de New York, alors que 40 % sont originaires du Québec et 10 % de l’Ontario. Plusieurs couples ou amis entreprennent le tour de la Gaspésie dans les années 1960 à 1980, et on voyage de plus en plus « sur le pouce » (autostop).

Avec ses routes sinueuses et ses falaises qui se jettent dans la mer, la Haute-Gaspésie propose des paysages époustouflants. Et pour bien en profiter, son offre d’activités de plein air s’est diversifiée ces dernières années. Photo : Roger St-Laurent Photographe

La destination vacances des Québécois

Actuellement, plus de 700 000 touristes par an viennent en Gaspésie. De ce nombre, 80 % proviennent du Québec. Au fil des ans, la route vers la Gaspésie et la route 132, qui en fait le tour, ont subi plusieurs améliorations, les rendant toujours plus agréables à sillonner. À présent, que ce soit en voiture, en VR, à moto ou à vélo, le simple fait de parcourir cette route aux panoramas exceptionnels est une expérience en soi!

Mais la Gaspésie est bien plus qu’une route. C’est aussi des gens accueillants qui ont développé, au fil du temps, une offre d’attraits des plus diversifiée. Trois atouts de taille – la mer, les montagnes et les rivières – permettent aux visiteurs de pratiquer une foule d’activités de plein air. Parmi elles, notons les excursions en bateau, en kayak ou en canot, la plongée, la randonnée – dans les Chic-Chocs et à Forillon, notamment –, le deltaplane, le rafting, la pêche en rivière ou en mer. La Gaspésie propose aussi des plages invitantes, des festivals et défis sportifs variés, ainsi que plusieurs lieux mettant en valeur son histoire et son patrimoine. La région a aussi développé son offre gastronomique. Tout autour de la péninsule, restos, pubs, microbrasseries, cafés et autres lieux gourmands se succèdent et mettent délicieusement en valeur les produits régionaux, dont les poissons et fruits de mer.

Le tour de la Gaspésie, qui se réalise en 7 jours, constitue une belle façon de goûter pleinement l’offre renouvelée proposée. Depuis Mont-Joli (autoroute 20) ou Sainte-Flavie (route 132), il représente une boucle d’environ 885 km qui s’accomplit par le nord ou par le sud. Outre le grand tour, la Gaspésie propose également plusieurs petits tours et circuits, modulables en fonction des intérêts et du temps dont chacun dispose.

Pour tout savoir sur le tour de la Gaspésie et les autres circuits, et pour bien planifier votre séjour, rendez-vous à tourisme-gaspesie.com… Puis venez faire votre tour! #gaspesie

Partagez ce billet :
213 / 234

1 commentaire

  1. gaspesien72@live.ca 27 mars 2019 à 23 h 56 min

    Il manque une tres belle photo c’est du très beau petit PHARE ROUGE du petit village de La Martre

Laisser un commentaire

Les champs requis sont indiqués

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


© 2017 Association touristique régionale de la Gaspésie