Dès 1970, les terrains de camping Cap-Bon-Ami, Des-Rosiers et Petit-Gaspé sont aménagés…

Le camping en Gaspésie depuis les années 1970

Billet de blogue

Des jeunes scouts participent à un Camporee au camping de Cap-des-Rosiers, dans les années 1980. Les équipements de camping de l’époque comprennent des tentes, des roulottes et des tentes-roulottes. Référence : Musée de la Gaspésie / Photographes : Clément Thibault et Liane Coolidge-Thibault

Le camping en Gaspésie depuis les années 1970

Dès 1970, les terrains de camping Cap-Bon-Ami, Des-Rosiers et Petit-Gaspé sont aménagés dans le parc national Forillon. Près de 50 ans plus tard, on peut dormir en faisant le plein de nature et d’air salin dans de nombreux sites de camping et d’hébergement insolite, partout en Gaspésie.

Les débuts du camping

Des voyageurs états-uniens aisés, en quête d’aventure, sont les premiers à venir camper par plaisir dans les régions du Québec. Par la suite, pendant l’après-guerre, lors de l’avènement de la société de consommation et des semaines de vacances payées, on verra des citoyens de la classe moyenne quitter la ville pour séjourner dans les terrains de camping.

Alors que le camping gagne en popularité, Camping Québec est fondée en 1962. On souhaite alors « que la province de Québec se mette au pas pour garder chez elle les adeptes du camping et [attire] les 7 millions d’Américains qui sont friands de la vie au grand air » »1.

Au parc national Forillon, en Gaspésie, on voit s’implanter les terrains de camping Cap-Bon-Ami, Des-Rosiers et Petit-Gaspé dans les années 1970. D’importantes campagnes de promotion, effectuées de 1987 à 1989, entraînent une forte augmentation de leur fréquentation. Un premier système de réservation de camping sera d’ailleurs mis sur pied à Forillon en 1990.

Pique-nique familial devant une des tentes prêt-à-camper du camping ??, dans le parc national Forillon. Photo : Roger St-Laurent Photographe

Des campings de plus en plus courus

Alors que Camping Québec comptait une soixantaine de membres à ses débuts, dans les années 1960, il en dénombre plus 720 aujourd’hui. Du côté de la Gaspésie, plusieurs terrains de camping ont été aménagés, tant en bordure de mer qu’en pleine forêt. Ayant comme dénominateur commun de se trouver en pleine nature, ils proposent des formes d’hébergement variées. On passe du camping rustique au camping en roulotte, tente-roulotte ou VR, en passant par le prêt-à-camper avec équipement fourni. Le prêt-à-camper est notamment offert au parc de la Gaspésie, au parc national Forillon, au camping Baie-de-Percé (Géoparc mondial UNESCO de Percé), au Bioparc de la Gaspésie et chez Cime Aventures (Bonaventure), ainsi que chez Griffon Aventure (L’Anse-au-Griffon). Une offre d’hébergement insolite s’est aussi ajoutée.

Parmi les expériences particulières à vivre en camping ou en hébergement insolite, notons passer la nuit dans une tente prospecteur au Bioparc pour « Dormir avec les loups »; dans une tente sur la plage au Sea Shack (Sainte-Anne-des-Monts); ou dans les écolodges, tipis et yourtes sur le bord de la rivière Bonaventure, chez Cime Aventure (Bonaventure).

Du côté de Forillon, les infrastructures de camping se sont multipliées au fil des ans. On compte 38 sites sans électricité (pour tentes seulement) au camping du Cap-Bon-Ami. Le camping Des-Rosiers offre 146 sites (104 sans et 42 avec électricité), 8 tentes L’oTENTik prêt-à-camper de base (comprenant chacune 3 lits), ainsi qu’un micrOcube, qui héberge deux personnes. Ce dernier équipement, à l’allure contemporaine, est recouvert de bois et offre une fenêtre panoramique. Pour sa part, le camping Petit-Gaspé compte 167 sites (101 sans et 35 avec électricité, puis 31 avec eau et électricité), et 7 tentes L’oTENTik prêt-à-camper équipé.

Pour tout savoir sur le camping et l’hébergement insolite en Gaspésie, et pour bien planifier votre séjour, rendez-vous à tourisme-gaspesie.com… Puis venez faire votre tour! #gaspesie

Sources :
1Camping Québec : www.campingquebec.com
– Selon Émilie Devoe, conseillère, gestion des ressources culturelles au parc national Forillon
– Le Devoir, Camping, le syndrome de l’escargot, 26 février 2011
– Camping Québec : www.campingquebec.com

Partagez ce billet :
168 / 234

Laisser un commentaire

Les champs requis sont indiqués

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


© 2017 Association touristique régionale de la Gaspésie